Les favoris sont là

Le round-robin des Jeux Olympiques de PyeongChang est fini et les favoris annoncés sont bien là, avec malgré tout de belles surprises.

Chez les femmes, la Suède a longtemps fait la course en tête avec le Japon, jusqu’au funeste jeudi où elle a été battue dans la même journée par le Japon et la Corée. Elle Corée du Sudfinit le round-robin 2ème, derrière les surprenantes coréennes aux réels progrès depuis les derniers championnats du mondes, juste battues par les japonaises. Quelle maîtrise ! La Grande-Bretagne, 3ème, revient de loin avec des débuts chaotiques, mais finit très fort à l’inverse du Japon, 4ème et très en vue durant la semaine, qui pioche un peu en fin de round-robin. Cela va donner des demi-finales intercontinentales, dont un duel asiatique Corée-Japon totalement inédit qui devrait attirer les foules.

La grande curiosité restera tout de même l’absence des canadiennes de la phase finale, du jamais vu depuis 1988 ou le curling devenait discipline olympique. L’héritage de l’emblématique Jennifer Jones semble bien lourd à porter pour Rachel Homan…

Chez les hommes, le round-robin a été mené de bout en bout par la Suède, juste battue par la Suisse, et au dernier tour par la Norvège. Le Canada, 2ème, a connu quelques frayeurs, mais a globalement tenu son rang. La 3ème place est une surprise sans en être une : on a Niklas Edin, skip de la Suèdebien cru les Etats-Unis perdus, avec des débuts difficiles. Mais les américains ont entamé une remontada extraordinaire en battant sèchement lors des 3 dernières rencontres le Canada, la Suisse et la Grande-Bretagne, excusez du peu… Le dernier finaliste sera la Suisse ou la Grande-Bretagne. Ces 2 équipes, annoncées parmi les prétendants au podium, se sont montrés parfois fébriles dans des rencontres pourtant à leur portée. Ce sera un joli duel, sachant que lors du round-robin, la Grande-Bretagne l’avait emporté à la dernière pierre de l’extra-end… Mention spéciale pour l’Italie, pour sa première participation, entamant la compétition tambour battant, en accrochant à son palmarès la Norvège, la Suisse et les Etats-Unis. Bravo.

La victime masculine restera la Norvège, très en deçà de leurs prestations passées, qui ne fait le buzz que par leur tenues dont ils ont le secret. On a connu la bande à Thomas Ulsrud plus inspirée.

Programme femmes (en heures France) :

vendredi 12h05 demi-finale Japon Corée du Sud
12h05 demi-finale Suède Grande-Bretagne

Programme Hommes (en heures France) :

jeudi 1h05 tie-break Suisse Grande-Bretagne
12h05 demi-finale Suède vainqueur TB
12h05 demi-finale Canada Etats-Unis
Share Button

Evidemment le Canada

C’était annoncé, le Canada a remporté la première édition olympique du double-mixte, cette nouvelle discipline censée être plus rapide et télégénique… Et pourtant, les canadiens ont entamé leur campagne par une défaite surprise par la manière face à la Norvège. John Morris s’en était expliqué sur le blog de la délégation canadienne de curling, avouant avoir eu du mal à entrer dans la compétition. Mais la machine en marche, personne n’a été en capacité de leur résister.

Derrière, une belle bataille a opposé les Suisses aux Russes, à laquelle s’est mêlée la Chine et la Norvège, cette dernière se qualifiant au bénéfice d’un tie-break maitrisé. En demi-finale, le Canada déroulait devant la Norvège, pendant que la Suisse écartait la Russie à la faveur d’une dernière pierre russe inexplicablement manquée au vu de la régularité affichée jusqu’alors…

Le Canada en Or en double-mixteEn finale, le suspense n’a pas duré longtemps : les suisses ont été totalement débordés dès le 3end end, laissant les canadiens Kaitlyn Lawes et John Morris s’imposer sur un score sans appel de 10-3. Quelques heures plus tôt, ce sont les athlètes olympiques russes, plutôt malheureux en demi-finale, qui ont décroché le bronze avec patience devant la Norvège 8-4.

Désormais débute une autre compétition plus classique dans son format, mais les favoris ne changent pas : Canada, Grande-Bretagne, Suède chez les femmes, Canada, Suède, Suisse chez les hommes.

Tous les matchs sont visibles sur franceTVsport. Mais nous, on vous offre nos clubs français en action. C’était à Saint-Gervais les 18 et 19 novembre. Scrutez bien, on y est…

Share Button

J-3 pour le curling aux JO

Tous les 4 ans on parle un peu plus de curling que d’habitude. C’est en général pendant le mois de février et cela semble intéresser du monde puisque, durant la période, on se presse un peu plus autour de la patinoire Baraban de Lyon pour nous voir pousser des pierres et nous poser des questions au sujet de notre sport.

C’est l’effet «Jeux Olympiques» et on espère que cette campagne ne dérogera pas à la règle : le Curling Club de Lyon est très heureux d’oeuvrer à populariser le curling, mais regrette amèrement de ne pas pouvoir accueillir tous ceux qui voudraient pratiquer.

Dans l’immédiat, revenons en Corée, à PyeongChang, pour les XXIIIèmes Jeux d’hiver, du 9 au 25 février. La compétition de curling s’y déroulera durant toute la période, avec une nouvelle discipline au format inédit : le double mixte.

Le double mixte, c’est une femme et un homme, 6 pierres, dont une pré-placée par équipe. Du 8 au 13 février, 8 nations (Canada, Chine, Finlande, Corée du Sud, Norvège, Russie sous bannière olympique, Suisse, Etats-Unis) vont tenter d’inscrire leur nom pour la première fois au palmarès de cette catégorie. Le Canada, qui truste tout en matière de curling, fait évidemment figure de grandissime favori.

Et du 14 au 25 février, ce sera la classique compétition hommes (Canada, Danemark, Grande-Bretagne, Italie, Japon, Corée du Sud, Norvège, Suisse, Suède, Etats-Unis) et femmes (Canada, Chine, Danemark, Grande-Bretagne, Japon, Corée du Sud, Russie sous bannière olympique, Suisse, Suède, Etats-Unis). Chacun voudra succéder aux canadiennes et canadiens, derniers vainqueurs à Sotchi.

Mais chez les hommes, Niklas Edin aimerait enfin donner à la Suède l’or olympique qui lui manque. Quant à Eve Muirhead chez les femmes, elle rève de toucher l’or avec la Grande-Bretagne après une médaille de bronze obtenue à Sotchi.

Peut-être avez vous remarqué qu’on ne parle pas de la France. Elle n’y est pas, elle n’y sera probablement jamais plus, eu égard à la politique sportive de sa fédération. Tant pis, c’est dommage, mais cela fait longtemps qu’on en a pris notre parti.

Le calendrier précis est sur le site de la WCF. Pour avoir l’heure française, retrancher 8 heures de l’heure locale. On va tenter de faire le point régulièrement sur cette compétition. Suivez bien notre compte twitter

Pour tout savoir sur le curling aux JO, c’est ici et c’est très bien fait. Infos en direct et résultats sont sur le site de la WCF.
Les Jeux peuvent commencer. Alors, comme on dit chez nous, «bonnes pierres».

Share Button

Bonne année 2018

La période n’est pas des plus facile, mais on va balayer tout ça un temps pour souhaiter à chacun une bonne et heureuse année 2018, qu’elle puisse éloigner les emmerdes un peu plus que par le passé, et ce sera déjà pas mal…
On va surtout adresser nos meilleurs voeux et nos remerciements à Kylie (à droite), étudiante américaine qui a partagé quelques mois avec nous nos galères de glace, et qui a surtout constaté la difficulté de pratiquer une activité sportive sortant des sentiers battus. Le tournoi de Saint-Gervais disputé ensemble restera pour le club un très grand moment. Les lyonnais vont balayer fièrement sous les couleurs du Bowdoin Collège. Merci pour ta gentillesse, et bonne chance pour la suite…

Bonne année également à notre jeune équipe de France. Après avoir assuré de belle manière le maintien en 2ème division européenne séniors, nos juniors retournent dans leur catégorie pour tenter de retrouver l’élite mondiale… Théo Ducros, Quentin Morard, Eddy Mercier, Killian Gaudin et Léo Tuaz, de Megève et Albertville, ont déjà une belle expérience à faire valoir. On les suivra avec pas mal d’espoir, du 3 au 10 janvier, pour les Championnats du monde Juniors-B, rencontrer la Finlande, l’Australie, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne et la Slovénie dans le groupe A à Lohja (Finlande). Comme d’habitude, le compte twitter de Lyon-Curling va suivre pour vous leur parcours et on relayera vos encouragements.

A noter également la venue d’un petit nouveau sur internet. Nous ne savons pas encore qui est derrière ce site d’information sur le curling, mais il semble d’emblée très intéressant et bien documenté. Longue vie à www.francecurling.fr.

Bonne et heureuse année à tous.

Share Button

En sursis ?

Ce n’est pas un mystère : depuis une bonne année, il est devenu carrément impossible de jouer au curling à Lyon. On l’a déjà relaté ici. On peut éventuellement y pousser des pierres, mais rien qui ne s’apparente à notre sport ou se mêle précision du geste, audace et stratégie intense. Tout cela, on l’a bel et bien oublié.

C’est pour cette raison qu’on a demandé à rencontrer l’adjoint aux sports de la ville de Lyon. Ce n’est pas n’importe qui : Yann Cucherat est un ancien gymnaste vice-champion du monde, champion d’Europe de gymnastique. Le sport confidentiel, en mal de reconnaissance, il connaît mieux que quiconque. On est allé lui expliquer pourquoi on ne peut plus jouer et pourquoi on refuse des adhérents. On ne réclame pas grand-chose : juste une petite place au milieu des mastodontes que sont les clubs de patinage et de hockey lyonnais, et qui, au passage, ont réclamé notre disparition. On le savait déjà.

Depuis 1971, le Curling Club de Lyon vit à la patinoire Baraban sans n’avoir jamais bénéficié du moindre centime de subvention, sur une piste reléguée en bord de patinoire et reste balloté au bon vouloir des autres clubs : son créneau a plusieurs fois changé ou a été utilisé de manière unilatérale sans préavis. On fait avec. Aucune possibilité d’évolution ou de développement n’est possible avec une seule piste : au-delà de 10 adhérents, tout le monde ne peut jouer. Ces gens finissent par ne pas revenir, alors que le club croule sous les demandes…

Mais avant de développer quoi que ce soit, il faudrait déjà pouvoir jouer. Simplement jouer. Aujourd’hui, le devers est tellement important que les pierres n’atteignent même pas la maison, elles sortent de la piste avant, quand les conditions de glisse le permettent. En cause un matériel défaillant depuis plus d’un an (parce que quelque part, on a décidé de faire l’économie de l’entretien…), multiplié par une glace labourée par les hockeyeurs, multiplié par un temps de surfaçage insuffisant. Avec un peu de chance, seulement 1 heure et 20 minutes sont utilisables sur un petit créneau de 2 heures. Alors, c’est bizance, même si ça penche.

Résultat de la rencontre ? Vu qu’on n’arrive déjà pas à entretenir les équipements des gros clubs, on ne peut rien pour les petits. Au Curling Club de Lyon, avec ses 9 adhérents, on doit friser l’indécence : on ose réclamer quelque chose ! L’adjoint aux sports aura finalement tout balayé. Il aura juste concédé de confier pour avis notre requête concernant l’installation d’une seconde piste aux bons soins d’un des clubs qui a demandé notre mort. C’est surréaliste !

C’est un magnifique coup d’épée dans l’eau, avec l’oppressante impression qu’autrui va décider de notre sort. Notre fédération nous ignore. Nos responsables politiques locaux aussi. On est vraiment désabusés.

Mais on a tout de même invité Mr Cucherat à jouer avec nous. Et on l’accueillera avec grand plaisir. Mais qu’il se dépêche : on est peut-être plus là très longtemps.

Share Button

France : objectif atteint

On va le dire d’emblée, les curleurs du dimanche que nous sommes sont très heureux du résultat de l’équipe de France aux Championnats d’Europe de curling à Saint-Gall (Suisse). Nouvellement admis dans la 2ème division européenne, Théo Ducros, Quentin Morard, Eddy Mercier et Killian Gaudin, de Megève et Albertville, se sont magnifiquement comportés en finissant à la 4ème place de leur groupe en remportant 4 victoires sur 7 matchs, signifiant un maintien bien mérité.

On s’était même mis à rêver d’un peu plus après les 3 premières rencontres et autant de victoires. Les français n’ont cédé ensuite que face aux 3 premiers, et de très très peu face à la Turquie et la Pologne, plus largement devant la République Tchèque, les favoris du groupe, avant de finir par une nouvelle victoire. Il ressort surtout une bien meilleure maîtrise, avec cette prise en compte des réalités très particulières propres à ce genre de compétition. La préparation au Canada a porté ses fruits. Accéder au gratin européen dès ce tour aurait été sympa, mais ça aurait surtout été trop tôt. Il faut auparavant emmagasiner l’expérience et s’aguerrir face aux vieux routiers du circuit car le gap avec l’élite est plus important qu’il n’y parait. L’équipe est très jeune au regard de ce qui se fait ailleurs, elle a déjà du talent, elle peut se permettre le luxe d’attendre et apprendre.

A cette heure, notre belle fédération, concernant le curling, ne parle toujours de rien. Juste une mention vite fait des championnats d’Europe groupe C, alors que la France vient de se maintenir plutôt brillamment dans le groupe B. Juste une guerre de retard, ou une étourderie. Nos mômes vont retrouver l’élite sans elle. On est habitué.

Share Button

Presque une référence

Ce 37ème tournoi international du Mont-Blanc organisé par Saint-Gervais le 18 et 19 novembre a tenu toutes ses promesses. Sur une glace parfaite, les vieux briscards de Megève, les Dupont-Roc, l’ont emporté à la dernière pierre de l’extra-end face à une valeureuse équipe d’Albertville. Suivent l’équipe locale de Saint-Gervais 2 et Valence. Quant au Curling Club de Lyon, après le forfait de dernière minute de Sylvain, donc un tournoi joué à 3, compte-tenu de l’opposition, on est très content de notre compétition : 3 victoire et 2 défaites, et une 8ème place complètement inespérée…

Avec l'équipe de Pont-de-Vaux II

Sur le papier, il y avait de quoi se faire peur. Sans préparation, avec un joueur en moins, avec Kylie, un étudiante américaine de passage en France avec qui on n’avait jamais joué mais qui participe au championnat universitaire outre-atlantique, on n’en menait pas large, surtout en montant sur la glace à l’entame du tournoi, avec les suisse de Saviese. Et comme d’habitude, il a fallu un paquet de ends pour trouver la solution d’une glace ou les pierres ne s’arrêtent jamais… Résultat : une leçon. La fin de la partie était moins frustrante sans toutefois marquer des points. Les suisses, épatants, nous ont laissé le dernier end.

Perdre le premier match nous fait descendre dans la hiérarchie et nous place ensuite face à un adversaire forcément plus à notre portée. C’est l’une des équipes du nouveau club de Pont-de-Vaux qu’il faudra affronter. C’est leur premier tournoi et ils se voient de loin avec leurs tenues oranges. Après un joli coup de 3 au 3ème end, les bressans compensent leur inexpérience par une bonne humeur communicative pendant que nous prenons enfin nos marques et remportons la partie.

Le match du soir nous fait rencontrer Lausanne Olympique, équipe junior skippée par un coach qui n’est plus junior depuis longtemps. Et ça joue plutôt pas mal : la partie commence doucement jusqu’à se faire surprendre au 4ème end par un vilain coup de 5, puis un vol de 2. Sans paniquer, on revient dans la partie par un autre coup de 5 magistral, puis en contrôlant la fin de partie sans faire d’erreur, et surtout, en étant constamment à l’initiative. Quel confort ! Certainement un des match les plus abouti du Curling Club de Lyon de ces dernières années… A la fin de la journée, on est 8ème au classement général. C’est carrément génial.

Les suivants sont Genève Sous-Moulin. Jouer – encore – des suisses, c’est l’assurance d’avoir un adversaire coriace et de vivre une partie intéressante, et ce fut le cas. Encore une fois, on a mis du temps à retrouver les longueurs, avec cette alternance de jolis coups et de ratés retentissants qui ne permettent pas de remporter le match. Les ends s’enchaînent sans être débordés, et se jouent sur de petits détails qui frustrent. C’est quasiment de notre niveau, mais c’est perdu, et nous voilà parti dans une ronde infernale de calcul pour savoir si Lyon restait dans les 12 pour le tour final.

Notre place y était. Nous voila opposé à l’équipe locale de Saint-Gervais pour la 9ème place. La partie se révélera indécise jusqu’au 7ème end mais en étant constamment à l’initiative du jeu et un peu plus réguliers que nos adversaires. Avec un dernier end bien contrôlé, une nouvelle victoire nous offre même une 8ème place (sur 20) au classement général. Guy fut bien moins grognon que d’habitude, et Kylie certainement la plus régulière d’entre nous. Enfin, jouer à trois est un exercice difficile qui ne laisse guère de temps pour souffler.

Guy, Kylie et MarcMais même à trois, quel lyonnais s’en plaindrait tant les conditions de jeu étaient géantes. Il nous reste à remercier le club de Saint-Gervais pour ce tournoi de grande facture, avec une glace remarquable et une organisation qui l’était tout autant. On a vraiment pris du plaisir à jouer et retrouver pas mal de copains.

On se prend alors à rêver : à quel niveau jouerait-on si les conditions de glace et d’entraînement à Lyon étaient justes normales ? Et le vertige nous prend…

Share Button

Au pied du Mont-Blanc

Le décor est posé : le Curling Club de Lyon va tenter de faire briller ses balais à Saint-Gervais les 18 et 19 novembre pour le 37ème Tournoi International du Mont-Blanc. Pour cette nouvelle compétition, une montagne se dresse devant l’équipe lyonnaise composée de Guy, Marc, Sylvain et Kylie, et elle est plus que haute : dans la poule B, il faudra affronter pas mal d’équipes suisses dont Genève, Saviese, Lausanne et Sion, mais aussi Chamonix, Valence, Viry et le tout nouveau club de Pont-de-Vaux. Seront présentes aussi, outre Saint-Gervais, les équipes d’Albertville, Marseille, Megève, Les Contamines et les catalans de L’Olla – L’Aliança.

L’objectif est simple : jouer et prendre du plaisir à évoluer sur une vraie glace de curling. Vu la consistance des adversaires et le peu de préparation de notre équipe, inutile de placer une barre : elle sera toujours trop haute… En curling, l’important est aussi ce qui se passe en dehors de la glace, donc ce tournoi s’annonce très bien. Tous les résultats en temps réel sur softpeelr.com et sur notre live-tweet.

En même temps que l’équipe de France

Une autre, et pas des moindres, la très jeune équipe de France, débute ce samedi une autre ascension difficile, les championnats d’Europe « B » à St-Gall (Suisse), avec un objectif simple : se maintenir – enfin – dans cette 2ème division de l’élite européenne. Après la magnifique campagne de mai 2017 et cette médaille d’argent obtenue de haute lutte, les bleus auront fort à faire avec la Turquie, la République Tchèque et la Lituanie, mais aussi le Danemark, la Pologne, la Slovénie et le Pays de Galles, mais le maintien est vraiment jouable pour Kilian Gaudin, Eddy Mercier, Quentin Morard et Théo Ducroz qui sortent d’une grosse préparation outre-atlantique…
Comme d’habitude, le compte twitter de Lyon-Curling va suivre pour vous leur parcours et on relayera vos encouragements. Calendrier et résultats complets sur le site de la WCF.

Bon, s’il y a plus, on prend également…

Share Button

Coupe de France : un peu de regrets

Guy, Sylvain, Gérard, AndréFraîchement rentrée de Vaujany (Isère) ou se déroulait la Coupe de France de curling, l’équipe lyonnaise nourrissait quelques regrets. Sur une glace parfois inégale, André le président, Gérard, Guy et Sylvain ont semblé pouvoir accrocher les places qualificatives pour le championnat de France prévu au printemps 2018. Mais ces espoirs n’ont duré qu’un temps. En se présentant sans entraînement, puisque la glace lyonnaise est toujours impraticable, il n’y avait pas grand-chose à espérer, surtout avec les pensionnaires du groupe A composé de Valence Gingers, Les Contamines, Strasbourg, Marseille 2 et Vaujany 2.

D’entrée, les Gingers n’étaient pas un cadeau et le coup de 6 encaissé d’entrée mettait fin immédiatement au suspens sur l’issue du 1er match, perdu 3-11. La rencontre contre les Contamines fut plus équilibrée, avec un joli coup de 3 au 3ème end, puis le vol important du 7ème. En ne marquant qu’1 au 8ème, les Contamines se faisaient déborder 6-5. Pour nous, une victoire contre cette équipe étant très rare, elle a d’autant plus été appréciée. Il restant l’équipe de Vaujany à rencontrer pour finir la journée. Nous avons mené la partie de bout en bout malgré quelques imprécisions pour se mettre hors d’attente au 7ème end pour l’emporter 8-4.

Le lendemain, Lyon apparaissait en 3ème place du groupe, mais devait encore affronter 2 ogres. A commencer par Strasbourg. Ce match fut une leçon de régularité et de maîtrise, donc logiquement perdu 2-11. Puis ce fut Marseille. A ce moment, un rapide coup d’oeil au classement laissait entrevoir quelque chose de sympa : en cas de victoire, combinée avec celle – probable à cet instant – de Strasbourg sur les Contamines, nous serions qualifiés pour les Championnats de France… face à Marseille, la partie commençait bien, mais le 4ème end fut lourd avec un coup de 4. Lyon restait néanmoins dans la partie pour égaliser en volant 3 au 6ème end ! Mais la maladresse s’accentuant, Marseille marquait 5 au 7ème pour sceller la rencontre 6-11.

Comme l’an passé, Lyon finit 9ème sur 12, après sa victoire sur Nice 10-9 en match de classement avec 2 victoires et 3 défaites, plus une victoire en classement.
En demi-finales, Viry était surpris par Marseille 4-8, pendant que Valence s’effondrait en fin de partie face à Besançon 7-10. En finale, les bisontins furent longtemps devancés par Marseille pour n’égaliser qu’au 9ème end et l’emporter 7-6 sans avoir la dernière pierre…

Prochain rendez-vous : le tournoi de St-Gervais mi-novembre. Espérons un miracle pour pouvoir nous entraîner d’ici-là au moins une fois…

Share Button

Championnats du monde mixte

La team Vergnaud reprend la route, pour un court déplacement, à Champéry en Suisse, et représentera la France aux Championnats du monde Mixte de curling du 7 au 14 octobre.

Céline Lagree, Laurent vergnaud, Alison Brageul, Stéphane VergnaudLe castelvirois Stéphane Vergnaud, le skip, sera entouré de Laurent Vergnaud, Céline Lagree du Curling club de Viry-Chatillon et d’Alison Brageul du Curling Club de Valence. Cette équipe participe à sa deuxième campagne, après celle de Kazan ou elle avait fini à la 28ème place sur 37, avec 2 victoires et 5 défaites.

Dans le groupe B, elle débutera la compétition face aux intouchables américains, pour se mesurer ensuite aux suédois, finalistes l’an passé… Il faudra ensuite marquer des points devant la Chine, le Brésil, la Lettonie et le Belarus… Pas facile du tout.

On sera là pour les soutenir et les encourager. En attendant que notre fédération publie quelque chose sur notre équipe de France, vous pouvez suivre tous les résultats sur notre live-tweet et sur le site officiel de la WCF.

Allez les bleus !

Share Button