Confinés

Le mot du Président, qui continue à s’entraîner :

«Prenez soin de vous et surtout RESTEZ CHEZ VOUS !
On veut pouvoir recommencer à jouer au curling,
TOUS… »

Share Button

On parle de nous dans Le Progrès

C’était dans l’édition du lundi 13 janvier du quotidien de la région. Et pour ceux ne l’ayant pas encore parcouru, la page est disponible en cliquant ci-contre…

Share Button

L’entraînement de mardi 7 janvier

Share Button

Bonne année 2020

Le Président, le bureau et tous les membres du curling Club de Lyon vous souhaitent un excellente année 2020, que vous y soyez simplement heureux et en bonne santé !

Et pour ceux qui seraient tentés de poser la question, eh bien non, ce n’est pas nous sur la photo, parce que nous n’avons pas (encore) de belle coupe à présenter.

Peut-être cette année…

Share Button

Du très bon chocolat…

On l’espérait, mais on n’osait pas. Il faut dire que ça fait depuis si longtemps que les résultats sont décevants : les équipes de France de curling, quelque soit leurs formats, devenaient invisibles, et dégringolaient dans tous les classements internationaux. Atteindre une phase finale était une utopie pure.

L’époque semble changer : en novembre, l’équipe de France Hommes, encore junior, se maintenait en division B des Championnats d’Europe, en ratant de peu la phase finale et une possible remontée dans l’élite. Romain Borini et Sandrine Morand, fra © WCFEt tout début décembre, l’équipe de France de double-mixte, composée de Romain Borini et Sandrine Morand accédaient brillamment aux play-offs du tournoi de qualification pour les championnats du monde 2020 après 5 victoires et une défaite dans son groupe. Une première dans cette discipline assez récente. Mais la marche suivante était trop haute : l’Italie, puis la Chine ont infligé aux bleus 2 lourdes défaites qui la prive de se retrouver parmi les meilleurs nations de double-mixte du moment. La progression est néanmoins sensible.

Et cette semaine, c’est encore l’équipe de France hommes qui est sollicitée, à Lohja en Finlande pour les championnats du monde juniors division B, Léo Tuaz, Kilian Gaudin, Eddy Mercier et Quentin Morard étant encore juniors… 3 places sont à prendre en division A en février 2020 en Russie, et au vu de l’expérience désormais accumulée de cette équipe,on ne peut s’empêcher d’y penser.
Eddy Mercier, fra © WCF / Richard GrayLa compétition commence petitement, avec les défaites logiques contre les favoris du groupe, la Suède et la République Tchèque. Sans jouer juste, elle gagne contre le Kazakhstan et la Chine. Puis elle perd bêtement en jouant bien contre la Hongrie, et gagne face à l’Autriche en étant très hésitante… Sa victoire avec une belle maîtrise devant la Finlande, combinée à d’autres facteurs, lui ouvre la porte des play-offs.
Pour les quarts de finale, les bleus doivent affronter un Japon impérial, invaincu jusqu’alors. Ils remporteront le match de façon magistrale, avec des enchaînements monstrueux, mais ne pourront rien face à la régularité chirurgicale suédoise en demi-finale, ni contre l’Allemagne, qui contrôlera tranquillement le match pour la médaille de bronze.
Médaille en chocolat donc, et pas de montée en division A, ce qui peut décevoir à première vue. Mais il faut également voir qu’à coté de moments flamboyants, il y a aussi de terribles absences peu compatibles avec le niveau demandé, qui ont produit des débriefs musclés du coach Thierry Mercier.

Franchement, quand on sait d’où vient le curling français, on ne peut que savourer ces résultats. On fera mieux plus tard.
Passez toutes et tous de bonnes fêtes !

Share Button

Mention bien

Les Championnats d’Europe de curling, division B, à Helsingborg sont finis pour l’équipe de France. Elle quitte la Suède avec 4 victoires et 3 défaites, et rate de très peu les play-off. Ca reste la meilleure performance bleue depuis très très longtemps…

Eddy Mercier, Killian Gaudien, Leo Tuaz, Quentin Morard, fra © WCF / Richard GrayPour finir le round-robin, il restait à rencontrer la Turquie, l’autre favori du groupe, et qui s’est montrée comme tel, ne laissant aucune possibilité de prendre des points. Même sans se faire voler de points, le score s’est rapidement alourdi pour être de 2-6 à la pause, les souffrances étant ensuite rapidement arrêtées tant l’issue du match était scellé : 2-7.
Restait à finir sur une bonne note face au Belarus, en position de se qualifier pour les play-off. La France également, mais plusieurs autres facteurs entraient en ligne de compte (tir à la cible, résultat de la Lettonie…). Et là, les français ont livré un match hallucinant tactiquement face à une très bonne équipe, atteignant la pause sur un score de 5-2 et un magnifique coup de 4 au 5ème end. Puis ils ont géré calmement pour garder le marteau au 10ème et marquer le point décisif… Très belle victoire de 7-6.
Mais dans le même temps, la Lettonie l’emportait tout à la fin, scellant la situation de la France pour la suite de la compétition, de toute manière handicapée par le DSC (Draw Shot Challenge), le tir à la cible déterminant en cas d’égalité. Résultat : un 5ème place, avec un maintien dans cette division B, ce qui était l’objectif du moment.

Et au final, c’est avec satisfaction qu’on examine le bilan, même si une participation aux play-off aurait été un plus indéniable en terme d’expérience. Le coche a vraisemblablement été raté dans le match face à la Lettonie, plombé dès le 1er end. Sur les 4 victoires, deux ont été acquises à l’extra-end, et à chaque fois sans le marteau, ce qui révèle malgré tout une fragilité. Thierry Mercier, le coach, ne le cache pas : « on a été par moment encore un peu trop junior, on a joué la gagne trop vite, et on a été puni ». Mais la bande à Quentin Morard a indéniablement élevé son niveau de jeu au fur et à mesure de la compétition, ce qui laisse entrevoir de belles perspectives. Avec un tout petit peu de bouteille en plus, elle saura revenir dans l’élite européenne, et surtout y rester.

Aujourd’hui, ce n’est pas encore le cas. Pas encore. Mais cette équipe de France est sur le bon chemin.

Share Button

La peur au ventre

A Helsingborg, en Suède, le «money time» approche pour ces Championnats d’Europe de curling, division B. Et la France est toujours là, toujours vivante, après des débuts compliqués. Avec 2 victoires et 1 défaite, elle est pleinement maître de son destin, et à une victoire de son objectif principal : le maintien dans la division.

Léo Tuaz, Kilian Gaudin, Quentin Morard, Eddy Mercier, via @Sarah_HobdayLes adversaires de ce lundi et mardi semblaient à la portée de nos jeunes bleus. La Lettonie d’abord. Mais un départ cauchemardesque voyait les français menés 6-0 au 2ème end ! Les bleus ont ensuite produit un jeu de haut niveau pour tenter de revenir, mais le handicap était trop lourd. Ils s’inclinent 10-6. Un joker de grillé.
Arrive Israël, ou Canada-Israël, qui n’a rien gagné encore. Avec une victoire, le maintien est assuré. Le début de match est serré et plus ou moins contrôlé. Après la pause (3-3), la bande à Eddy Mercier volent 1 puis 2 au 7ème end et croient l’affaire pliée. Mais Israël, très en réussite, marque 2 et reprennent l’avantage en volant 2 au 9ème end. Et c’est parti pour une nouvelle séquence «émotion» dans laquelle, avec le marteau, on doit s’imposer. Mais on ne marque qu’1 point, le draw du second point de Quentin Morard étant un peu long, offrant le marteau à l’adversaire pour l’extra-end… Dans cette situation, dans 90 % des cas à ce niveau, c’est perdu. Mais nos bleus ont arraché une nouvelle fois le point, sur la maladresse au tir adverse, comme contre la Lituanie, pour l’emporter 8-7. On souffle !

L’équipe de France, à minima, conserve sa place dans la division B européenne. c’est déjà ça. Avec déjà 2 défaites difficile de voir plus haut, surtout qu’il reste à jouer le Belarus, qui s’est montré solide ces jours, et aussi la Turquie, grand favori du groupe avec la Pologne. Mais ne sait-on jamais…

Désormais libérés, ils vont se lâcher. Nous, on y croit !

Share Button

Une deuxième journée compliquée

Déjà 2 journées passées à Helsingborg, en Suède, pour ces Championnats d’Europe de curling, division B, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elles n’ont pas été de tout repos pour une équipe de France quelque peu attendue.

Samedi, ce fut l’Autriche, avec une entrée en matière difficile, pour arriver à 2-2 à la pause. La suite fut mieux, avec un joli coup de 3 au 7ème end, et une belle maîtrise pour garder le marteau au 10ème où Quentin Morard résistait à la pression pour sceller le match 6-5.
Killian Gaudin, Leo Tuaz © WCF / Richard GrayDimanche, il y avait 2 matchs au programme. La Pologne, juste reléguée de la division A, avec un statut de favori du groupe, se dressait sur la route des Bleus. Mais jamais les français n’auront semblé être dans le match. Après la pause avec un point de retard (1-2), le match a été plié en prenant 4 points au 6ème end par excès d’impatience, en oubliant les fondamentaux… La défaite est lourde : 1-7.
Même pas le temps de ressasser, voilà qu’il faut jouer la Lituanie, qui n’a encore rien gagné. Et le challenge est simple : une victoire et l’objectif principal du maintien est très avancé, ou une défaite, et la journée va laisser des traces… Le début de match est serré, les bleus volant le 1er point au 3ème end pour atteindre la pause à 1-1. Au 6ème, les bleus marquent 2, les plaçant idéalement pour finir avec le marteau. Hélas, anormalement fébriles, ils laissent la Lituanie voler 2 fois 1 point, obligeant les français à marquer 2 au 10ème pour jouer un extra-end avec le marteau à l’adversaire.
Sans faire de fautes, profitant des tirs surjoués de l’adversaire, le France vole l’extra-end, et l’emporte 6-5. Gros soulagement !

A l’issue de cette journée compliquée, la France reste cependant pleinement maître de son destin, sans griller de jokers. Les prochains matches contre la Lettonie et Israël semblent à sa portée, et vont en dire plus sur la capacité de l’équipe de France à regarder un peu plus loin.

Classement du groupe B :

# G W L
1 Pologne 2 2 0
1 Turquie 2 2 0
3 Belarus 3 2 1
3 France 3 2 1
5 Autriche 2 1 1
6 Lettonie 3 1 2
7 Israël 2 0 2
8 Lituanie 3 0 3

Infos et résultats sur le site de la WCF et sur notre compte twitter.

Share Button

La fin du tunnel ?

L’équipe de France masculine de curling est à Helsingborg en Suède, du 15 au 23 novembre, pour disputer les petits championnats d’Europe, la deuxième division de l’élite européenne. Cela fait presque deux décennies que les bleus font le yoyo entre les divisions inférieures, mais aujourd’hui, ces vicissitudes ont donné à l’équipe une forme d’expérience et lui laisse entrevoir des jours meilleurs.

FranceKillian Gaudin, Léo Tuaz, Eddy Mercier et Quentin Morard, des clubs de Megève et Albertville jouent ensemble depuis la catégorie junior et semblent plus prêts que jamais. Échappés du groupe C (la 3ème division) en remportant la finale contre la Bulgarie en avril dernier, les bleus ont désormais pour mission d’abord se maintenir, voire d’y tenir un rôle un peu plus important dans le groupe composé de l’Autriche, de la Biélorussie, d’Israël, de la Lituanie, de la Lettonie, de la Turquie et la Pologne.

On va y croire, et d’autant plus que cette équipe est désormais moins isolée que par le passé, en disposant désormais d’un soutien fédéral inexistant jusqu’alors.
Et c’est très loin de n’être qu’une anecdote. Allez les bleus !

Programme équipe de France homme :

  • 16 nov 15:00 Autriche – FRANCE
  • 17 nov 09:00 Pologne – FRANCE
  • 17 nov 19:00 Lituanie – FRANCE
  • 18 nov 14:00 Lettonie – FRANCE
  • 19 nov 09:00 FRANCE – Israël
  • 20 nov 08:00 FRANCE – Turquie
  • 21 nov 19:00 FRANCE – Belarus

Infos et résultats sur le site de la WCF et sur notre compte twitter.

Share Button

Une première réussie

Les lecteurs réguliers de notre site le savent : on n’a pas été tendre envers notre fédération, la FFSG, ne manquant jamais une occasion pour lui reprocher son absence dans le curling français, pour ne pas dire son abandon. Des velléités sécessionnistes oeuvrant pour un fédération propre au curling ont produit un sursaut qu’il convient aujourd’hui d’observer avec attention.

Stage Vaujany
Dans ce qui a ressemblé à une petite guerre de clocher, vu de notre patinoire, il en ressort une nouvelle organisation, qui est ce qu’elle est, avec de hommes nouveaux, et une volonté affichée de redonner au curling français une visibilité perdue depuis une bonne décennie au moins et des perspectives de développement. On n’a pas forcement tout compris dans les nombreuses modifications affichées. Alors on est allé voir, pour voir…

Et ce qu’on a vu nous a marqué ! Ce rassemblement de curleurs organisé à Vaujany les 1er et 2 novembre dernier, avec des joueurs venant de Nice, Mulhouse, Marseille, Valence, Lyon, Vaujany et Louviers (club en cours de création, bienvenue), a constitué un événement qui devrait faire date. Ce stage à la fois d’initiation et de perfectionnement, encadré par Thierry Mercier, coach de l’équipe de France, et Pierre-Yves Berger, arbitre international WCF, a été d’une richesse assez incroyable. Même pour les vieux briscards, il y a toujours des gestes à corriger, des règles à actualiser, des tactiques à revoir. stage VaujanyOn y a même abordé des questions plus «administratives» pour le développement de la discipline et des clubs, sous la houlette de Noël Morard, le président du Comité Sportif National. Mais on a surtout beaucoup glissé, joué et appris.

Alors, même s’il reste encore beaucoup à faire, il y a incontestablement une dynamique intéressante, et cette première, parce que rassembler ainsi des curleurs en stage en est une, est un joli succès. On a toujours tendance à s’exprimer quand ça ne va pas, jamais quand on est satisfait. Dont acte !

Prochain rassemblement, le 11 et 12 avril 2020, lieu à déterminer. On y sera…

Share Button